Ma Vrai Vie 001

thomas.teller@gmx.com

 

Si le sexe ou l'amour entre garons d'ges varis n'est pas votre truc, ou si les lois de votre tat / pays ne vous permettent pas d'tre l, vous savez ce que vous avez faire.

Si vous le pouvez, donner NIFTY, pour que l'on puisse continuer profiter de cet espace de libert.

If gay sex or gay love between boys of various ages is not your cup of tea, or if your state / country laws don't allow you to be here, you know what you have to do.

If you can, give to NIFTY, so that we can keep on enjoying this place of freedom.

 

Karim

 

C'est le 1 soir o j'ai les cls du nouvel appartement. Dj tout seul. J'ai pas vu passer l'heure, et maintenant, il est tard, presque nuit, plus de bus, ce qui veut dire : dormir l, mais dormir par terre, sur la moquette (le dmnagement est que la semaine prochaine) ou rentrer pattes. Je dcide d'aller faire un tour dehors. La nuit est douce. Je fait le tour de la petite rsidence o je vais bientt habiter, puis je continue un peu et je reviens en passant devant le collge. J'habiterai juste derrire. Trs peu de monde, pas de circulation part un scooter de temps en temps, a sent vraiment les vacances. En longeant le gymnase qui est coll ct du collge, j'aperois un banc qui tourne le dos aux terrains de basket grillags. Juste sous un rverbre. Une fois assis, en tournant peine la tte vers la gauche, je peux voir notre balcon et l'une de nos chambres.

J'en suis l, perdu dans mes penses de dmnagement et de nouvelle vie quand ce mec sort de nulle part. En fait, je l'ai pas vu arriver.

       Salut.

       salut, je dit en le regardant vraiment.

Il doit avoir genre 20 ans, 1,70 mtre, beau mec, un rebeu bien muscl en pantalon de survt fonc, marcel blanc et claquettes. Un joli visage de beau gosse, cheveux mi-longs, pas ras.

       T'es nouveau ici, je t'ai jamais vu.

       Je suis pas d'ici.

       Oh c'est pour a... il a dit avec un petit sourire.

En fait, il sourit de longue et en faisant attention je me demande si il est pas un peu bourr, vu qu'il a l'air d'osciller un peu. Du coup, je lui sourit aussi. Il y a eu un blanc et il a mis les 2 mains dans les poches de son survt.

       et a te plait ici ?

       Ouais a va, c'est pas mal on dirait.

J'ai l'impression qu'il tait en train de s'astiquer la queue de manire pas trop discrte en me regardant. Dans mon jean un peu petit la mienne commene s'agiter et a doit se voir et je ne peux pas faire grand chose pour empcher a.

       a te dit ? Il fait en passant maintenant ses 2 mains de manire vidente sur sa queue.

       Hein, quoi ? Je rponds tout ne pouvant m'empcher d'essayer de remettre la mienne en place.

       Viens... il a rpondu en s'loignant de l o je venais, vers le gymnase.

Je le suis des yeux, commene comprendre, mon cur bat comme un fou. Arriv la limite o le grillage rejoint le mur du gymnase il a disparu derrire une haie. Je suis comme paralys, l'envie de sexe submergeant tout.

       Allez, viens ! sa tte a fait d'une voix sourde en ressortant de la haie.

Je sais pas comment je suis arriv me lever et me diriger vers cette haie peine 20 mtres. Arriv l, je remarque qu'il y a un espace qui permet de se faufiler derrire. La haie est tellement touffue que je le vois mme pas.

       J'suis l, fait sa voix.

Je lui rentre presque dedans et maintenant c'est clair, je sens qu'il a pas mal picol le gars. Ses mains m'attirent lui et de suite sa bouche vient se plaquer contre la mienne, sa langue force le passage, je sens l'alcool, mais aussi autre chose, plus acre. Ses mains sont sur mon cul, elles essayent de rentrer dans mon jean, mais il est trop serr, une main fait le tour pour faire pter le bouton et descendre la braguette, je sens aussi sa bite qui pousse contre la mienne. Mon pantalon ouvert, il peut enfin passer une main dans mon boxer. Pendant ce temps, je suis le mouvement, sauf qu'il a un survt alors c'est plus facile. Je m'aperois que sa bite est dj dehors, alors je baisse un peu plus le survt et commence le branler d'une main en le caressant de l'autre. Sa bite est pas trs longue, mais paisse, circoncise et dj bien mouille. Trs vite, il s'carte et me laisse respirer.

       Tu me suces et aprs je te le fais, dac ?

Dans le peu de clart qu'il y a, je vois qu'il sourit toujours. Pour toute rponse, je descends genoux. Je sens sa queue, elle sent un peu la pisse, le jus et la transpi mais rien de trop.

       Allez, vas-y !

Je commence par lui lcher le gland, rcuprant au passage plein de jus et d'odeur. C'est ma 1 pipe, j'essaye de me souvenir comment il faut faire, j'avale sa grosse bite en essayant d'utiliser ma langue au maximum, ce qui n'est pas facile vu la grosseur, cacher les dents aussi. En mme temps, je lui caresse les boules, qui paraissent normes et bien pendantes et les fesses.

       Vas-y, lche moi les boules !

Je m'excute, les prenant chacune dans la bouche, elles sont vraiment normes en fait. Je regarde un instant son visage, il a les yeux ferms mais toujours le mme sourire, je pense qu'il est compltement dfonc en fait le keum... en mme temps, je me branle doucement de la main gauche, pas trop parce que je sens que c'est pas loin. On continue comme a pendant un moment, j'ai repris sa bite dans la bouche et j'alterne avec les couilles, je sens la sueur couler le long de mon dos, et ses mains qui depuis le dbut n'ont pas cesser de me caresser le crne ; j'essaye de lui caresser un peu le ventre pour changer mais il repousse ma main et la plaque sur ses fesses.

       Putain, je vais gicler ! Il fait. Je n'ai pas trop le temps de me demander quoi faire que ses mains me tiennent la tte et une gicle me remplie la bouche, suivit d'une deuxime, je lutte un peu pour pas tout avaler et je recule un peu et les deux autres passent mieux, je sens le got du foutre un peu acre, a me rappelle des souvenirs. Il lche enfin ma tte, j'en profite pour tout laisser tomber de ma bouche, je sens que j'en ai sur le fut et je continue le sucer jusqu' ce qu'il m'carte gentiment.

       Allez, toi il me fait en me relevant. Je m'adosse contre le mur, je sens sa chaleur et dcide de remonter mon t-shirt sur le ventre pendant qu'il s'agenouille et d'un coup, baisse jean et boxer jusqu' mes genoux. Je sens un peu d'air frais passer, j'apprcie et a se voit, ma bite saute en l'air juste avant qu'il l'engloutisse d'un coup. C'est trop bon, j'avais oubli a... en plus j'ai l'impression que le mec est un pro, il fait a super bien, il monte et il descend en jouant avec sa langue, je sens ses doigts descendre le long de ma raie et s'arrter juste l. Son autre main est sur mes couilles qu'elle malaxe fermement mais doucement. Je me laisse aller contre le mur tide toutes ces sensations, j'entends un voiture passer au loin et des voix et les slurps de mon suceur, un grsillement lectrique, des grillons, je suis assez bien l mais dj je sens un fourmillement, une nergie arriver de tout en bas, je dis :  attention ! et je jouis dans sa bouche, c'est violent, mes pieds battent le sol, je me cramponne sa tte, je sens mon jus sortir, une fois, deux, quatre, cinq jets puissants... il me suce encore un peu et dis :

       putain mec, t'en avait besoin il fait. Puis il se redresse, la queue moiti dure encore dehors, le sourire aux lvres mais un air moins ailleurs.

       C'est clair... je dis, encore un peu dans ma jouissance.

       Bon, faut que j'y aille dit-il en remontant son survt. Au fait, tu t'appelles comment ?

       William, je rponds en baissant mon t-shirt presque tremp.

       Moi, c'est Karim, il ajoute et dj il est de l'autre ct de la haie. J'entends ses pas s'loigner et je reste l, contre ce mur, encore quelques minutes avant de me dcider sortir.

Je m'aperois que j'ai vaguement faim, mais que c'est pas dans l'appart' vide que je risque de manger. Une centaine de mtres plus loin, aprs avoir galr un peu avec les cls je rentre dans mon nouveau chez moi o il fait vaguement frais. Aprs m'tre pass de l'eau par la figure, je vais dans la chambre ct collge, ouvre la porte-fentre et travers les volets entrouverts essaye d'apercevoir la haie mais un paquet d'arbres entre l'immeuble et les terrains de basket m'en empchent.

J'ai quitt mes baskets en entrant dans la chambre et je m'assoie contre un mur, enlve mes chaussettes en repensant ce qu'il vient de se passer. prsent allong sur la moquette, ma main plonge vers ma queue dj (toujours?) dure, j'ouvre le jean que je baisse un peu et la main dans le caleon je commence me branler doucement puis trs vite furieusement en me repassant les images et les sensations. Trs vite j'explose dans mon caleon et je m'endors quasi-instantanment, la main toujours entre les jambes.